CONTACT

Plus de résultats...

Generic selectors
Correspondance exacte uniquement
Recherche dans le titre
Recherche dans le contenu
Post Type Selectors
Jeudi 1er février, les 27 dirigeants de L'Union européenne ont donné leur feu vert pour fournir à L'Ukraine une aide d’urgence de 50 milliards d'euros afin de continuer à faire face à l’invasion russe.

L’Union européenne débloque une aide de 50 milliards d’euros pour l’Ukraine

Jeudi 1er février, les 27 dirigeants de L'Union européenne ont donné leur feu vert pour fournir à L'Ukraine une aide d’urgence de 50 milliards d'euros afin de continuer à faire face à l’invasion russe. Un accord conclu en un temps record alors que de nombreux Etats et observateurs craignaient un veto du Premier ministre hongrois, resté proche du pouvoir russe.

Une aide vitale

50 milliards d’euros, c’est le montant de ce nouveau paquet d’aides qui doit permettre à l’économie ukrainienne de continuer à fonctionner notamment en assurant la permanence de l’Etat et des services publics, mis à mal par l’effort budgétaire lié à la guerre. Ainsi, la destination de cette aide n’est pas militaire, le budget alloué par l’UE se destine à couvrir les pensions, les paiements aux personnes déplacées par la guerre et les salaires des enseignants et des médecins.

Cette aide est d’autant plus bienvenue que les Etats-Unis avaient annoncé un soutien supplémentaire de 61 milliards d’euros à l’Ukraine, bloqué pour l’instant au Congrès en l’absence de majorité claire se dégageant pour voter cette aide. Cette aide doit ainsi signifier que le soutien européen à l’Ukraine reste entier et cela même avec l’irrégularité politique du partenaire américain. Un signal fort envoyé aux Etats-Unis et à la Russie alors que l’élection présidentielle américaine se tiendra à la fin de l’année 2024.

Cette nouvelle aide européenne sera versée en plusieurs fois jusqu’en 2028 et se divise en deux catégories : 33 milliards d’euros de prêts et 17 milliards d’euros de dons. Le premier versement devrait intervenir au mois de mars, dans l’attente de l’adoption de l’aide au niveau du Parlement européen.

La surprise hongroise

La position du Premier Ministre hongrois a été surprenante pour ses homologues européens. Proche du Président russe, Vladimir Poutine et opposé au soutien européen à l’Ukraine, Viktor Orban a pourtant accepté un compromis lors de ce sommet extraordinaire qui s’est tenu le jeudi 1er février. Compromis qui a nécessité de nombreuses rencontres en amont de ce sommet, entre les chefs d’Etat et de gouvernement européens. Mark Rutte, Olaf Scholz, Giorgia Meloni et Emmanuel Macron notamment ont largement échangé sur le sujet avec Viktor Orban, permettant ainsi d’éviter un blocage du soutien européen à l’Ukraine et témoignant de la capacité du Conseil européen à trouver des compromis lors des crises.

Si Viktor Orban a rappelé la position hongroise de ne pas soutenir l’Ukraine face à l’invasion russe, la Commission européenne a pour sa part indiqué que l’accord d’aide à l’Ukraine prévoit la rédaction annuelle d’un rapport sur l’utilisation des fonds européens. Tous les deux ans, les dirigeants européens peuvent demander un réexamen de l’aide apportée, à condition d’atteindre l’unanimité dans la prise de décision. La Commission européenne avait annoncé qu’un rejet de l’aide à l’Ukraine par la Hongrie entraînerait un gel des fonds européens alloués à Budapest, en raison des manquements quant au respect de l’Etat de droit et des valeurs européennes en Hongrie. Le président ukrainien Volodomyr Zelensky s’est pour sa part félicité de ce nouveau soutien financier de l’Union européenne.